Mairie de La Tour d’Auvergne ""PAVILLON BLEU d’EUROPE""

logo du site
  • Mairie de La Tour d'Auvergne
  • Mairie de La Tour d'Auvergne
  • Mairie de La Tour d'Auvergne
  • Mairie de La Tour d'Auvergne
  • Mairie de La Tour d'Auvergne
  • Mairie de La Tour d'Auvergne
  • Mairie de La Tour d'Auvergne
  • Mairie de La Tour d'Auvergne
  • Mairie de La Tour d'Auvergne
  • Mairie de La Tour d'Auvergne
  • Mairie de La Tour d'Auvergne
  • Mairie de La Tour d'Auvergne
  • Mairie de La Tour d'Auvergne
  • Mairie de La Tour d'Auvergne
  • Mairie de La Tour d'Auvergne
  • Mairie de La Tour d'Auvergne
  • Mairie de La Tour d'Auvergne
  • Mairie de La Tour d'Auvergne
  • Mairie de La Tour d'Auvergne
  • Mairie de La Tour d'Auvergne

Accueil du site > Tourisme > L’Eglise de Saint Pardoux

L’Eglise de Saint Pardoux

Egise St Pardoux

Cette église, classée monument historique est mentionnée pour la première fois en 1060 lorsque le baron Géraud de La Tour en donne l’alleu au prieuré bénédictin de Sauxillanges. La construction de l’église actuelle date du XI-XIIe siècle. L’édifice primitif ne comprenait qu’un chevet plat et une nef unique. Au XIII ou XIVe siècle, les voûtes de la nef furent reconstruites, conservant les parties basses des grandes arcades. Il ne reste, semble-t-il, de l’ancienne construction que les colonnes engagées de la première travée. C’est vraisemblablement à cette époque que le clocher-porche, situé sur le flanc méridional, est construit. Au début du XVe siècle, la chapelle méridionale, abritant les fonts baptismaux, est érigée, en style gothique flamboyant, dans l’angle formé par le clocher-porche et l’extrémité occidentale de la nef. Dans la seconde moitié du XVe siècle, les bas-côtés sont construits. La date de 1479 figure sur la clé de voûte de la troisième travée du bas-côté méridional.

Choeur de l eglise

À la fin du XVIIe siècle, le chœur est remanié. Les voûtes d’arêtes sont mises en place, le mur pignon du chevet est surélevé à cette occasion. Une baie du chœur porte la date de 1698. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, les peintures de l’église sont refaites dans le style médiéval par François VERGNOL, artiste peintre installé à SAINT-PARDOUX. La date de 1875, peinte sur le doubleau séparant le chœur de la nef, correspond à la réalisation des travaux. C’est peut-être à la même époque que la partie haute du clocher sera reconstruite. Extrait du courrier de Mme Labeille, conservateur des Antiquités et objets d’art du Puy de Dôme et de l’Allier :

« Je me suis rendue plusieurs fois dans votre commune de La Tour-d’Auvergne et mon intérêt pour l’ancienne église paroissiale fut chaque fois récompensé par d’émouvantes découvertes.

Ce grand vaisseau chrétien, riche et complexe, classé Monument Historique depuis le 28 mai 1918, porte témoignage, dans son plan comme dans son élévation, de sa pérennité et de son embellissement à travers les dix siècles de son histoire.

L’époque romane qui le rattachait au prieuré bénédictin de Sauxillanges est encore lisible dans la structure. Des différentes constructions de la période médiévale, subsiste, entre autres, cet étonnant clocher-porche méridional à l’ascension périlleuse : le portail, non visible, conserve d’anciennes peintures, photographiées et classées par l’inspecteur des Monuments historiques Gabriel Ruprich-Robert. Côté sud, la chapelle des fonts baptismaux, datant du XVème siècle, est une magnifique expression architecturale du gothique flamboyant : une mise en valeur la rendra plus accessible. Les XVIIème et XVIIIème siècles sont aussi présents dans le mobilier du chœur avec le maître-autel en bois sculpté et doré, les autels latéraux d’époque Louis XV, divisés mais conservés in situ, que la restauration permettra de restituer. La décoration intérieure peinte et colorée, qui traduit le goût néo-médiéval caractéristique de la deuxième moitié du XIXème siècle, fut réalisée par un artiste peintre local ».

Cet édifice a, à plusieurs reprises, subi des travaux importants et ce témoignage doit nous conforter dans l’idée que d’autres séries de travaux sont non seulement nécessaires mais indispensables afin de préserver ce patrimoine remarquable à bien des égards.

A cet effet, le service départemental de l’architecture a d’ores et déjà rédigé un cahier des charges. Bien d’autres étapes sont néanmoins nécessaires, du fait d’une part de l’importance des travaux à engager et d’autre part du nombre conséquent de partenaires attachés à la restauration de cet édifice d’exception.



Site réalisé avec la solution Web-collectivités de l'ADeP basée sur SPIP